A propos

Comment concilier ligne et gourmandise ? C’est une question que bien des femmes se posent et qui s’est imposée à moi à l’approche de la cinquantaine quand les hormones sont venues changer la donne.

Je m’appelle Sylvie et je suis une gourmande. Une gourmande de la vie en général et de cuisine en particulier. J’aime goûter, explorer, expérimenter et … me régaler. Sauf que les rondeurs sur les hanches semblent être le péage obligé de cette vision gourmande de la vie.

Depuis quelques mois, je me suis lancée dans une nouvelle expérimentation : convertir ma cuisine de famille, celle que m’ont transmise ma mère, mes grands-mères et … ma belle-mère italienne, en une cuisine à index glycémique bas.

Évidemment, il ne s’agit pas de se gaver de pâtisseries sous prétexte que leur I.G. ne dépasse pas 40 !

En fait, je ne voulais plus culpabiliser devant une béchamel, un brownie, une pâte sablée ou de simples crêpes. Et loin de moi, l’idée de passer le reste de ma vie au régime !

A ce jour, l’expérience est plutôt réussie : je ne me prive plus, ne me surveille plus, prend même un goûter avec ma fille au retour du collège. Five o’clock tea and brownie ! Mais oui !

Eh bien, le tour de taille s’est stabilisé, tendance baissière et surtout : finie la faim ou la fringale entre les repas.

Il faut alors modifier les recettes traditionnelles en changeant certains ingrédients – les farines et les sucres surtout – ce qui nécessite quelques ajustements.

Mais au final, les plaisirs sucrés et salés redeviennent possibles, tout en restant sains et appétissants.

Voici mon carnet d’aventures sur les chemins de traverse d’une cuisine de famille goûteuse et équilibrée.

Print Friendly, PDF & Email